CIE ALFRED ALERTE - Compagnie de danse contemporaine en milieu rural

MASQ
 

MASQ se construit autour du texte écrit par François Place sur l'histoire d'un prince qui begaye.
La chorégraphie met en scène les émotions, les bouleversements de la vie de ce personnage.
Elle met en lumière les contrastes et les contradictions des situations vécues ou rêvées.
Elle représente le langage du corps prisonnier des peurs ou des désirs.
Les supports majeurs de la pièce sont des masques-costumes, qui vivent et se transforment tantôt en personnages, tantôt en éléments de décor, créant ainsi un univers et des situations fantastiques en perpétuelle évolution.
On explore ici le corps qui se dérobe, ses disparitions, ses métamorphoses, grâce aux masques derrière lesquels ce ne sont pas des visages mais des corps entiers qui disparaissent.
Ainsi les corps parlent, se masquent, s'animalisent et s'humanisent au gré de nos imaginaires...
La danse, interprétée avec une inépuisable intensité, souligne avec finesse la magie et la poésie qui animent le texte.
Entre conte et poésie, entre musique et danse, Masq est une fable onirique conçue comme une invitation au voyage.
Un spectacle plastique qui vous emporte comme une vague vers la découverte d’autres modes d’expression.
Laissez vous emporter par la magie des corps mouvants, faites place au rêve et que chacun trouve sa propre route à travers le parcours initiatique du prince qui bégaie.


Chorégraphie et scénographie : Alfred Alerte
Ecriture du conte : François Place
Création musicale: Thierry Bertomeu
Création lumières : Hervé Bontemps
Création des costumes et décors : Agathe Laemmel et Marion Laurens
Interprétation : Alfred Alerte, Lucie Anceau, Aurore Castan Aïn ou Ninon Lavigne
Photographies : Romain Ferrero, Thomas Guyenet, Didier Pallagès

Spectacle accueilli en résidence de transmission à la MCNA à Nevers du 22 au 26 février 2017.


PRESSE
"Un rêve éveillé !…  Du début  jusqu’à la fin de « Masq », tout n’est que surprise et enchantement pour les yeux et les oreilles du spectateur : le décor, le maquillage et les costumes sont un savant mélange d’originalité, d’imagination et d’esthétisme. En bref, « Masq » est un spectacle de qualité qu’il serait dommage de rater."
La Provence, juillet 2003
 
" Dans Masq, Alfred Alerte a exploré le corps qui se dérobe, ses disparitions, ses métamorphoses, grâce aux masques derrière lesquels ce ne sont pas les visages qui disparaissent mais les corps. Les corps font des pieds de nez, fesses par-dessus tête, et ce n’est pas sans invention et drôlerie. Tous les codes du corps sont renversés, les conformismes de l’anatomie pour mieux étonner le spectateur et lui faire oublier la performance physique au profit de l’onirisme [...] Un spectacle plastique traversé par l’ondulation d’un conte initiatique qui emporte comme une vague vers la découverte d’autres modes d’expression que le langage des mots."
Libération, novembre 2006

MASQ PAR DIDIER PALLAGES
 :   :
MASQ PAR THOMAS GUYENET
ON EN PARLE AINSI
"Masq (Compagnie Alfred Alerte), c’est une autre histoire. Une structure narrative construite avec des mots, un texte de François Place, un conte initiatique. Mais ce sont surtout les corps qui jouent le texte. La danse ici n’illustre pas, elle prolonge les mots, elle les entraîne plus loin. La première image est celle d’une danseuse, allongée, dormant ( ?) – « parfois on préfèrerait ne pas être né », dit une voix off –, mais ce corps apparu va disparaître derrière des masques qui ne cachent pas que le visage. Sans doute les esprits de la nature (terre, air, eau) sont convoqués sur le plateau, essentiellement par la musique, me semble-t-il, mais il s’agit aussi de la découverte de l’autre, et pas seulement une découverte symbolique puisque sont invités « la perle du regard et la soie de la peau ». Les images sont fortes, les voix qui portent le récit sont douces."







Assistant de création de site fourni par  Vistaprint